BEPOS BOIS : REGARD A L’INTERNATIONAL

LUTZ architectes à Givisiez en Suisse, spécialiste de la construction bois passive et à énergie positive.

Installé depuis 35 ans à Givisiez en périphérie de Fribourg, LUTZ architectes délivre un message simple : « Dans une logique de construction respectant l’environnement et l’être humain, le choix du bois s’impose naturellement. En effet, le bois est un matériau naturel et renouvelable qui pousse en  abondance en Suisse, avec la seule énergie du Soleil ».

Une antériorité forte dans les labels Minergie

Logiquement, tous les projets de l’agence visent à être peu énergivores. Cette quête passe par des constructions conçues en fonction du soleil, tant au niveau de l’apport thermique passif au travers des parois vitrées, que du chauffage solaire ou de la production d’eau chaude sanitaire. Très tôt, l’agence s’est investie dans la mise en œuvre des différents labels Minergie, avec des projets labellisés Minergie, Minergie P ou Minergie A. Ces labels sont tous utilisables en France, hormis pour l’heure le label Minergie A. Le label Minergie Standard limite les consommations d’énergie primaire à 38 kWh/m2/an dans le neuf, et à 60 kWh/m2/an en rénovation. Le label Minergie P (pour Passif) limite les consommations d’énergie primaire à 30 kWh/m2/an avec une besoins en chauffage inférieur à 15 kWh/m2/an. Le label Minergie A intègre l’énergie grise et les consommations des occupants.

Pour atteindre ces résultats, Lutz architectes soigne particulièrement l’étanchéité à l’air de l’enveloppe et la qualité de l’installation de renouvellement de l’air. Ce principe permet de limiter les pertes d’énergie en hiver et d’obtenir une qualité suffisante de l’air. Dans la plupart des projets, les besoins limités en chauffage sont assurés par des énergies renouvelables comme le bois ou le soleil. «Mais il n’y a pas que l’énergie de chauffage qu’il s’agit d’économiser», ajoute Conrad Lutz, «L’énergie nécessaire à la construction appelée énergie grise doit également être optimisée. Le choix du bois est exemplaire de ce point de vue ».

Retour aux articles