bois.com

Choisir, valoriser et mettre en œuvre le bois
dans la construction publique et privée

Club OUI AU BOIS

Rejoignez le réseau des décideurs qui ont fait le choix du bois

JEREMIE KOEMPGEN

JEREMIE KOEMPGEN

Architecte

Pourquoi le bois ?

J'ai choisi le bois parce que c'est un matériau malléable, préhensible et convivial : tant durant le chantier que dans les espaces composés. Sa capacité à être façonné à la main aussi bien qu'industriellement, permet un travail contemporain en continuité avec les savoir-faire traditionnels.

Jérémie Koempgen Architecture

91, rue d'Allonville

44000 NANTES

Email : contact@jkarchitecture.fr

Site : www.jkarchitecture.fr


Villa Solaire
Morzine


Nature :
Rénovation

Date de livraison :
2012

Type de construction :
Logement collectif

Ville/Département :
Morzine, Haute-Savoie


Les Enjeux :
Le projet se situe à Morzine, dans le quartier historique du Pied de la Plagne. Il s'agit d'une reconversion d'une ancienne ferme en une villa locative de standing. La ferme existante date de 1826 ; elle est pastillée par la commune comme représentant un intérêt patrimonial d'architecture traditionnelle. Sa réhabilitation était autorisée à condition de préserver les caractéristiques principales de son architecture de bois traditionnelle en termes d'aspect, volume, proportions et ouvertures qui se devaient d'être similaires à l'existant et dans le même rythme.

Le Projet:
Un bardage uniforme enveloppe l'ensemble de la ferme. L'un des enjeux du projet réside à en conserver son aspect extérieur, tout en laissant filtrer la lumière au cœur du bâtiment. Un dispositif, qui utilise la technique traditionnelle de la découpe décorative des lattes de bois, est mis en œuvre sur l'ensemble de la façade sous forme d'ajourage du platelage. Le motif, contemporain et simple, s'accorde avec les moyens de découpe des lattes d'épicéa de l'artisan menuisier local. Cet ajourage rappelle les lattes disjointes de la ferme traditionnelle, permettant de ventiler autrefois les foins.

Aujourd'hui, ces fentes amènent la lumière à l'intérieur du bâtiment. Les parties vitrées du projet, situées au nu intérieur de la façade, sont partiellement cachées par les couvre-joints. Elles ne sont pas perçues depuis l'extérieur et n'interfèrent pas l'uniformité du bardage.

Tout au long de l'année, les façades sont balayées par les ombres projetées des pans de toitures et des bâtiments environnants. Le dessin de l'ajourage du bardage répond à ce parcours d'ombres : les zones recevant un cumul de soleil plus important sont d'autant plus ajourées, et donnent à lire la continuité des espaces communs de la maison.
Ce concept d'emboîtement intérieur/extérieur, évoque un rythme de vie en symbiose avec son environnement et donne le nom de « villa solaire » au projet : une maison exposée sur quatre façades dont la perception évoque celle d'un cadran solaire.

La charpente existante fait le charme de la ferme d'origine. Conserver la même perception de l'ensemble de la structure depuis l'intérieur fut l'un des principaux enjeux du projet. La restauration de la charpente a consisté en son redressement et le réassemblage de ses chevrons. L'ensemble du platelage de toiture a été conservé, après brossage et délignage.
La charpente en bois d'origine a été remise en valeur grâce au plan en croix original et à l'organisation des espaces jouant sur la verticalité. Cette conception a permis de dégager, à l'étage, au niveau de l'ancienne grange à foin, un généreux volume central dédié aux espaces communs - salon, cheminée - à la manière d'une « nef » vertigineuse de plus de 5 m de haut qui se découvre, peu à peu, depuis l'entrée par une succession d'escaliers et de paliers. A ce niveau, les espaces de nuit privatifs sont répartis, à chaque angle de la maison, dans quatre « blocs chambres » où le moindre espace sous combles est utilisé en jouant sur la superposition, l'imbrication et les hauteurs minimales indispensables des espaces de couchage pour créer des alcôves accessibles depuis des paliers intermédiaires.

Pour ne pas dénaturer la structure ou la charpente existante, la villa a été conçue comme « une maison dans la maison » tant d'un point de vue conceptuel que structurel, la nouvelle ossature s'imbriquant à l'intérieur de la structure existante. Un choix technique rendu possible par la parfaite adaptabilité constructive du bois utilisé pour la réalisation des cloisons et des planchers. Les cloisons à ossature bois, des « cubes », 10 cm de laine de roche en isolant acoustique et plaques de gypse-cellulose en finition, se glissent entre les enchevêtrements de poutres de la charpente existante. Les planchers d'alcôves, composés de poutres en pin massif intégrant 12 cm de laine minérale et de panneaux d'OSB de 16 mm d'épaisseur, sont suspendus aux fermes existantes à l'aide de connecteurs métalliques. Les autres planchers, conçus comme des estrades, sont réalisés avec une ossature en poutres lamibois et poutres en L avec âme en OSB.





suggérer un décideur