bois.com

Choisir, valoriser et mettre en œuvre le bois
dans la construction publique et privée

Club OUI AU BOIS

Rejoignez le réseau des décideurs qui ont fait le choix du bois

DOMINIQUE GAUTIER

DOMINIQUE GAUTIER

Architecte

Pourquoi le bois ?

Lors de la genèse d'un projet urbain ou architectural, bien en amont du choix d'un matériau, la première question qu'il faut poser est celle du vrai bilan carbone : tout commence par un programme et par une évaluation de sa nécessité, de son impact environnemental, social et économique.
Mobilité, accessibilité, utilisation de ressources locales, de savoir-faire locaux, d'histoires ou de cultures locales, c'est une affaire de contexte. Ces critères doivent accompagner toute décision, en amont de toute construction.
Nous ne nous interdisons aucun matériau, hormis ceux qui seraient, d'un point de vue sanitaire, nuisibles... Nous mettons en oeuvre des matériaux que nous aimons travailler, assembler, adapter.
Le bois est à ce titre un matériau formidable.
La durabilité d'un bâtiment dépend de sa justesse technique et constructive. Elle est liée à la qualité de sa mise en oeuvre, à l'assemblage de différents matériaux, à l'optimisation de la quantité de matière utilisée entraînant une économie des ressources. L'artificiel n'a pas lieu d'être : nous visons une cohérence de projet.
Le PROJET donc. Urbain, paysager, architectural, autour du confort d'habiter, du vivre ensemble, de l'espace, de la lumière. Le projet d'abord, comme réponse à un besoin, une identité, un sens commun.
La réponse à un programme, un site, un contexte donné est toujours singulière. C'est ce qui fait la beauté de l'architecture.
Chaque projet, parce qu'il est unique, est, intrinsèquement, un prototype, un objet expérimental, que l'on doit aboutir.
C'est une chance, et un risque. Cette unicité, pour être maîtrisée, doit s'appuyer sur une pratique raisonnée, sobre, de l'innovation et de la technologie. L'emploi de matériaux simples, voir bruts, renouvelables, comme le bois, sera le garant de cette maîtrise.
La valeur d'usage, la compréhension du climat et de son incidence sur les pratiques quotidiennes, nous guident d'abord dans nos choix de composition, de fonctionnalité, d'ambiance. Puis les proportions, les volumes, la lumière, dessinent l'espace.
Notre atelier réalise depuis plusieurs années de nombreux bâtiments publics pour des collectivités locales : bâtiments de service, médiathèques.
Ceux-ci s'inscrivent durablement dans leur environnement. Ils doivent être exemplaires d'un point de vue urbain et social, mais aussi environnemental.
Le développement durable est un objectif partageable par les acteurs de la construction. Il incite à se rassembler autour de valeurs communes pour apprécier les choix architecturaux, constructifs et techniques. C'est une grammaire qui permet à chacun de s'approprier le projet, d'en comprendre la genèse, pour mieux l'intégrer, puis l'habiter.

GAUTIER+CONQUET & ASSOCIES

79 Rue de Sèze

69411 LYON

Tél : 04 72 83 40 19

Email : d.gautier@gautierconquet.fr


MEDIATHEQUE DE SAINT-JUST SAINT-RAMBERT
Saint-Just Saint-Rambert


Nature :
Construction

Date de livraison :
2013

Type de construction :
Bâtiment public

Ville/Département :
Saint-Just Saint-Rambert , LOIRE


D'abord un projet urbain, implanté sur un site remarquable, une place publique, le programme possède plusieurs vertus :
- un positionnement géographique d'entrée de ville, stratégique, qui permet une visibilité étendue.
- la présence d'équipements et d'un parc à proximité directe.

La place Gapiand par sa composition urbaine, cernée par des espaces de stationnement important, et son gabarit actuel est une place d'entrée de ville sans fonction claire.
Le projet de construction d'une médiathèque tête de réseau sur ce site permet d'envisager l'amorce d'un projet urbain d'envergure, pouvant à terme être le lieu de création d'un pôle culturel, emblématique pour la commune.
La réorganisation du site, la création de nouveaux cheminements piétons et d'accès clairement identifiés, la prise en compte des flux piétons existants et ceux générés par l'implantation d'un équipement culturel ont été les axes forts et la préoccupation principale quant à l'implantation de cet édifice et du traitement de ses abords.
Au sud la création d'un parvis transversal Est-Ouest permettant une liaison claire avec le parc, marque l'accès principal de l'équipement et dans son prolongement celui de la MJC construite en simultané.
Au Nord, la création d'un parvis pour l'école offre une liaison sécurisée à celle-ci, liaison pouvant se prolonger au sein du quartier à l'Ouest.
La place au Sud du parvis des équipements publics pourra dans l'avenir accueillir des événements ponctuels : cirque, foire, marché annuel, fête foraine...
La composition paysagère du site s'appuie sur la mise en valeur de l'alignement de beaux platanes présents le long du boulevard Jean Jaurès.

Traduire le programme
La médiathèque, la présence d'un auditorium et d'une salle d'exposition pouvant fonctionner de manière indépendante, un pôle de formation des bénévoles et la présence d'un magasin pouvant alimenter les différentes bibliothèques du réseau sont tous les éléments du programme qui nous ont permis d'organiser les accès de l'équipement. Dans un souci de ne pas multiplier ces accès donnant directement sur l'espace public, notre projet s'organise autour d'un patio central traversant Nord-Sud.

L'accès principal au Sud depuis le parvis des équipements culturels permet un accès direct au Hall et à l'accueil du bâtiment, l'entrée secondaire au Nord depuis le parvis de l'école et le parking du public et du personnel, offre un parcours le long du patio central et du jardin intérieur. Ce hall perméable permet de distinguer la partie publique du rez-de-chaussée à l'Ouest, composée de la salle d'exposition au Sud, prolongée par l'auditorium et la partie Est regroupant les activités administratives et tertiaires de l'équipement. Cette espace transitionnel dans la vie de l'édifice peut adopter diverses fonctions. Outre la fonction classique de distribution des différents espaces du rez-de-chaussée, il peut être aussi envisagé comme un réel lieu de vie, prolonger l'espace d'exposition ainsi que l'espace presse et quotidien : véritable lieu paysager d'échange et de partage. Il permet enfin un fonctionnement autonome de l'exposition ou de l'auditorium lorsque les espaces administratifs sont fermés.

La lumière naturelle
La qualité de la lumière pour le confort d'usage est primordiale, le principe d'un apport de lumière naturelle contrôlée et optimale aux espaces de la médiathèque mais aussi d'accueil du public a nourri notre réflexion sur le projet et sur la mise en place de principes simples :
- La façade Sud entièrement ouverte et protégée par une casquette composée de brise-soleils permet un apport de lumière frontale.
- La médiathèque bénéficie également de la lumière du Nord, généreuse et indirecte, idéale pour la consultation des ouvrages.
- La lumière zénithale est utilisée depuis le patio central et permet à tous les espaces du rez-de-chaussée de bénéficier d'un apport de lumière confortable.
D'autres ouvertures zénithales ponctuelles, protégés par un système de brise-soleils extérieurs, offrent aux plateaux de lecture une lumière diffuse propice au travail documentaire, de recherche et de lecture.
Des percements dans les parois Est et Ouest aménagent des points de vue depuis les plateaux de lecture. La protection solaire est assurée par un bardage métallique persienné.

La médiathèque : un plateau unique adaptable
L'espace médiathèque au niveau + 1 est composé d'un grand plateau libre et fragmenté par la présence du patio central. Puits de lumière principal et patio arboré, il permet de relier les quatre sous espaces de la médiathèque, le pôle adulte dans la partie Nord/Est, le pôle multimédia au Nord-Ouest et le pôle enfant au Sud composé d'un espace petite enfance et d'un espace enfant-adolescent clairement défini et physiquement séparé par le patio central.
A cet étage, une banque centrale unique permet le prêt et le retour des ouvrages et des supports multimédia ainsi que l'information aux usagers. L'organisation des différents pôles a été déterminée en fonction du positionnement de cette banque d'accueil.

Une couverture plissée : Une silhouette identitaire
L'emplacement de cet équipement en entrée de ville en fait un édifice emblématique pour la ville de Saint-Just Saint-Rambert. Il doit être un bâtiment expressif, à même de créer un événement urbain, une animation culturelle.
La toiture plissée du bâtiment lui confère une silhouette identitaire reconnaissable de tous dans le paysage actuel de la commune. Cette cinquième façade permet de donner une échelle au volume intérieur variée et découpée; un rythme aux différents espaces.

Construire en bois
Le bois, matériau renouvelable et local, a été largement privilégié dans le projet. Les matériaux et principes constructifs retenus sont les suivants :
L'ensemble de la structure en façade et en toiture est une ossature en bois sauf les parois de la médiathèque et certains refends. Certains porteurs sont en béton, pour assurer le contreventement ou assurer un isolement acoustique. Il est de manière générale constaté que le matériau de structure est le poste le plus pénalisant dans le bilan d'énergie grise (quantité d'énergie liée à la production et mise en oeuvre du matériau) ; le projet répond pleinement à cette problématique par le choix délibéré d'une structure en bois, extrêmement intéressante par rapport à ce que serait une structure béton.
Le plancher intermédiaire est toutefois en béton, de manière à apporter de l'inertie au bâtiment ainsi qu'un bon isolement acoustique
L'isolant utilisé en façade et en toiture est de la laine de bois, isolant écologique intéressant pour sa composition à base de matériaux renouvelables, sa qualité sanitaire, ainsi que pour son apport d'inertie et le déphasage qu'il crée, favorables à un bon confort thermique d'été.
Selon les localisations, le bardage est en verre type Emalit ou en acier persienné ; résistants, ces bardages ne nécessiteront aucun entretien.
Les murs ainsi que les plafonds des parties médiathèque sont en bois clair ; les planchers sont en béton quartzé pour une résistance et une durabilité maximales, ainsi que pour leur facilité d'entretien.
Les protections solaires fixes sont en tôle micro-perforée ; les protections solaires des vitrages zénithaux sont décalés des vitrages de manière à faciliter l'entretien de ces derniers.
Tous les bois bruts devront être issus de forêts exploitées et gérées durablement (labels FSC et PEFC), et seront de provenance locale (Filière bois de la Loire).
Les impacts environnementaux et sanitaires sont des critères qui ont été pris en compte dès le tout début de la conception ; des études plus approfondies sur ces impacts pourront être menées dans les phases ultérieures pour aider à la comparaison de différents matériaux
La superstructure de l'ouvrage peut être décomposée en 2 couches :
- Une première couche dans la hauteur du RdC, réalisée en béton armé,
- Une seconde couche dans la hauteur du 1er Etage, réalisée en charpente bois.

Le niveau RdC est découpé en 2 blocs (Est et Ouest), séparés par un patio central orienté Nord-Sud.
A ce niveau, les façades et les porteurs verticaux intérieurs sont prévus sous la forme de refends en béton armé ou d'ossatures poteaux / poutres. Selon les portées, les planchers sont réalisés en dalles pleines ou en dalles alvéolaires (planchers hauts sur Auditorium et sur Salle d'exposition). Les planchers bas sont réalisés en dalle portée.
Le contreventement des ouvrages est assuré par les voiles en béton armé intérieurs et en façade et des dalles faisant office de diaphragme.

Structure en charpente bois
La structure porteuse de la toiture et des façades du 1er Etage est composée de poteaux et de poutres en lamellé-collé. La forme ondulée de la toiture est donnée par un réseau de chevrons en lamellé-collé.
Le contreventement de ce niveau est assuré par une poutre au vent située dans le plan de la toiture, diffusant les efforts vers les stabilités verticales. Ces stabilités sont intégrées aux façades Est et Ouest en ossature bois. En façade Nord et Sud, les stabilités sont assurées par des croix de St-André.








suggérer un décideur