bois.com

Choisir, valoriser et mettre en œuvre le bois
dans la construction publique et privée

Club OUI AU BOIS

Rejoignez le réseau des décideurs qui ont fait le choix du bois

Patrick GALBON

Patrick GALBON

Bureau d’études techniques

Pourquoi le bois ?

La pensée du développement durable s'articule fondamentalement sur le long terme : voilà pourquoi on le dit « durable ». Or, aujourd'hui, on ne construit plus pour des siècles mais pour quelques décennies.

Plusieurs façades et intérieurs commerciaux sont remplacés tous les cinq ou dix ans. Ces constructions se situent dans l'éphémère, largement en deçà de la durée de vie utile des matériaux qui les composent. Malgré ses apparences immobiles, le bâti possède une grande impermanence.

Dans une société où tout change rapidement, la construction durable (ou soutenable) a peu à voir avec la « fixité ». C'est au contraire, comme dans la nature, ce qui sait s'adapter. Et savoir s'adapter, c'est maîtriser l'effort et la dépense d'énergie associée au changement de manière à en faire un événement positif. Alors, j'ai choisi le bois car il n'a plus rien à démontrer, il respecte la tradition. Je ne fais que l'amener à s'adapter aux exigences contemporaines et j'y crois !

GIPIM

BP4 rue de l'Industrie

27620 GASNY

Tél : 02 32 77 52 00

Email : gipim@bbox.fr

Site : www.gipimnormandie.com


Réhabilitation en rénovation d'une longère normande
Saint-Arnoult


Nature :
Rénovation

Date de livraison :
2013

Type de construction :
Logement individuel

Ville/Département :
Saint-Arnoult, Seine-Maritime


Après avoir effectué une campagne de sondage sur les supports existants, nous avons constaté que les divers revêtements successifs qui couvraient les façades en colombage ancien ne faisaient que masquer un bois particulièrement meurtri et que, le simple fait de le déloger pour le restaurer, entraînerait inévitablement un éboulement à très fort foisonnement, dont il serait particulièrement difficile d'estimer l'incidence financière.
Nous avons décidé de mettre à nue les façades afin de mieux visualiser les propositions à engager non plus en rénovation, voire même en réhabilitation, mais en restauration !

En fait, sans rentrer dans la genèse, les longères Normandes sont construites en plusieurs périodes et sont recouvertes au fur et à mesure d'enduits pas forcément compatibles avec les règles de l'art.

Le patchwork en plus des matériaux n'arrange rien et, à chaque coup de piolet, c'est une nouvelle histoire que nous dévoile la longère.

Au vu de l'ampleur que risque de prendre financièrement la restauration je décide que seul le bois me permettra de répondre à ce nouveau challenge qui s'ouvre devant moi.
Je vais tout d'abord régénérer les parties basses afin de créer la garde d'eau d'usage, puis aérer les supports, traiter les bois restant et enfin ventiler mécaniquement les joints avant de les combler à refus avec un mortier de chaux.

Pose d'un pare-pluie, puis pose de lisses verticales qui seront remplies de laine de bois recouverte d'un frein vapeur et enfin pose de liteaux afin de créer une lame d'air entre le complexe ainsi créé et la feuille de bois marinée qui viendra recouvrir l'ensemble, formant ainsi un nouveau manteau pour cette façade qui le valait bien...

Il existe un vrai savoir, le tout est de bien définir ce que l'on souhaite réaliser. Dans le cas présent j'ai fait appel à des charpentiers "marine" et des artisans locaux, qui n'avaient pas l'habitude de travailler avec un maître d'œuvre particulièrement impliqué dans la restauration par l'utilisation de matériaux nobles et en particulier le BOIS.
Mais l'histoire ne s'arrête pas là, l'économie réalisée par rapport à une reprise totale de la façade a encouragé le maître d'ouvrage à engager la phase 2 de la restauration et, la présence en partie haute de colombage ne me laissait pas beaucoup de choix quant à l'aspect recherché.

Alors j'ai choisi et opté pour la pose de colombages coupés dans des feuilles de chêne puis chevillés bois pour les maintenir et surtout se jouer des variations météorologiques particulièrement soutenues dans le secteur.

Aller à l'essentiel sans nostalgie particulière mais je confirme, ce qui est d'ailleurs ma devise aujourd'hui, respect des traditions que j'essaie d'adapter aux exigences contemporaines...
Et le bois est mon meilleur allié.
La preuve en images !





suggérer un décideur