bois.com

Choisir, valoriser et mettre en œuvre le bois
dans la construction publique et privée

Club OUI AU BOIS

Rejoignez le réseau des décideurs qui ont fait le choix du bois

RAPHAËL BOBEDA

RAPHAËL BOBEDA

Architecte

Pourquoi le bois ?

Depuis 2006, la quasi-totalité de nos projets est orientée basse consommation d'énergie. Nous avons logiquement abandonné les systèmes constructifs maçonnés, limités et/ou chers, au profit de la structure bois, plus efficiente lorsque l'on cherche à concevoir une enveloppe réellement performante sur le plan thermique.
Le bois peut également être une ressource locale, peu transformée, et présenter un bilan environnemental très intéressant tout en stimulant l'économie locale. Nous utilisons aujourd’hui, en Ardèche, du douglas et du châtaignier provenant du département, brut de sciage la plupart du temps (rabotage seulement si nécessaire, pour les pièces visibles).
Enfin, le bois utilisé comme parement permet une grande variété de finitions, aussi bien en intérieur qu'en extérieur. Là encore, l'utilisation de bois locaux naturellement durables (non traités) est un plus.

Architecture Naturelle

La Rouveyrolle

07460 BERRIAS ET CASTELJAU

Tél : 04 75 39 73 60

Email : contact@architecturenaturelle.com

Site : www.architecturenaturelle.com


Maison Bioclimatique à très Basse Consommation d'Energie
Chateauneuf de Gadagne


Nature :
Construction

Date de livraison :
2013

Type de construction :
Logement individuel

Ville/Département :
Chateauneuf de Gadagne, Vaucluse


Parce qu'aujourd'hui la problématique de l'énergie n'a jamais été aussi présente, il est nécessaire de construire des bâtiments beaucoup plus performants qu'autrefois. Pour ce projet, le volet environnemental et énergétique a donc été particulièrement étudié. La maison a été implantée de manière à minimiser l'impact sur le terrain naturel (peu de terrassement). La topographie du terrain a été peu modifiée, le projet s’implante à cheval sur le talus existant. La volumétrie est compacte et contemporaine. Nous avons choisi un bardage en bois de douglas car ce bois non traité et laissé naturel s'insérait parfaitement dans le site, sa patine s'accordant avec les couleurs dominantes environnantes. La toiture cintrée permettait de limiter la hauteur du bâtiment, c’était également une composante fondamentale dans la lecture architecturale contemporaine du projet : volume épuré, façade rythmée et tramée.
Les différents matériaux constituant le bâtiment ont été préférentiellement choisis en fonction de leur disponibilité, de leur proximité afin de limiter le transport, de la mise en œuvre à sec afin de réduire les besoins en eau lors de la construction, et de leur renouvelabilité : structure à ossature bois (en douglas, bois local très abondant, mise en œuvre en chantier sec), bardage en douglas, isolant d'origine végétale (botte de paille de riz de Camargue).
En hiver, les baies vitrées au sud permettent de chauffer directement la maison. Le double vitrage à faible émissivité et remplissage argon limite les déperditions nocturnes. L'apport d'air neuf se fait via un mur capteur parietodynamique, qui sert de module de préchauffage. L'extraction de l'air vicié se fait par les pièces humides (salle de bains et cuisine) au moyen de bouches d'extractions hygroréglables à tirage naturel, leur débit variant en fonction du taux d'humidité ambiante, ce qui permet de limiter les pertes par ventilation et de réduire la consommation d'électricité.
Le confort d'été, problématique extrêmement importante dans la région, a été particulièrement soigné. En été, des occultations et un débord de toit précisément calculé permettent de se prémunir des surchauffes, des ouvrants au nord et au sud augmentent le phénomène de sur-ventilation nocturne (rafraîchissement passif, sans climatisation). De même, la lame d'air ventilée située derrière le bardage crée un bouclier thermique efficace pendant l'été, les murs emmagasinent donc peu la chaleur, même en période caniculaire, et la restituent plus facilement pendant la nuit que des murs maçonnés.
Afin de ne pas avoir recours à la climatisation, des combles perdus sont ventilés et équipés d'un bardage à claire-voie pour permettre un renouvellement d'air permanent. Des planchers lourds permettront d'augmenter l'inertie du bâtiment.
Près de 70% des besoins en chauffage sont couverts par les apports solaires passifs. Le "mur capteur" situé au niveau de la pièce principale lisse les différences de température entre jour et nuit. Cette paroi orientée sud, composée de briques pleines, a été doublée par un vitrage donnant sur l'extérieur et positionné à quelques centimètres du mur. Dès que le rayonnement solaire frappe le verre, celui-ci est piégé entre le mur de brique et le vitrage, ce qui entraîne une augmentation très rapide de la température. Par conduction, le mur de brique emmagasine la chaleur pendant toute la journée, puis la restitue lentement aux pièces de vie pendant la nuit.
Un capteur solaire thermique de 2,5m² intégré verticalement en façade permet de fournir 75% environ de l'eau chaude sanitaire. Un poêle à bois situé dans la pièce de vie couvre la majeure partie des besoins en chauffage.





suggérer un décideur